Rejoignez-nous et devenez vous aussi des acteurs de la méditerranée en participant à la Circum‑Mediterranea, pour un sursaut économique euro-méditerranéen grâce au « pouvoir d'agir citoyen ».

Un multi marathon de 6000 km, de ville en ville, en 6 semaines, à travers 9 pays, à la rencontre de plus de 250 millions d'habitants, pour la paix, le codéveloppement et l'autosuffisance alimentaire

Note d’intention ... Exposé des motifs

Unir les peuples autour de la Méditerranée !… eu égard les États et la Communauté internationale subitement pris au dépourvu, voire impuissants, anticiper les futures migrations vers l’Europe et le Maghreb, de centaines de milliers de réfugiés, victimes de persécutions ou d’une misère sociale extrême et programmée … des dizaines de milliers d’entre eux viendront s’entasser aux frontière de l’Europe forteresse, ou périront à leur tour dans leurs « cercueils flottants » pour rejoindre le grand cimetière méditerranéen :

I. Action « CIRCUM-MEDITERRANEA »

Pour un double-départ de Marseille en 2021 ou 2022, et pour une réelle « insurrection des consciences » ... des paroles aux actes !

Le 5 avril 1997, lors d’un discours sur la Mondialisation prononcé pendant les « Journées citoyennes de Romans », le regretté Albert Jacquard proposait une « Communauté culturelle méditerranéenne » (CCM), une proposition en parallèle de celle du « Marché commun », basé sur l’économie, la croissance, les échanges financiers et la libre circulation des marchandises. A l’époque, il dénonçait le mur des visas qui empêchait la libre circulation des citoyens, augurant le problème de tensions entre les deux rives de la Méditerranée. Il professait qu’avec le temps, tous les murs finissent par disparaître et il prédisait que, quand ce mur s’effondrerait sous la pression des événements (30 ans plus tard ou plus ?) les problèmes que nous aurons laissés à nos enfants seront devenus difficilement solubles … nous y sommes déjà !

Aujourd’hui, quel bilan pour le « Marché commun » ? D’un côté, les multinationales et leurs lobbies en sont les grandes gagnantes avec les banques, les paradis fiscaux et « les riches toujours plus riches » … de l’autre, l’endettement des États, les inégalités, « le chômage et la désespérance de masse » programmés, les Collectivités territoriales « à sec », « les pauvres toujours plus pauvres », la misère contagieuse qui affecte une grande partie de l’Europe, principalement celle du Sud.

Aujourd’hui, quel bilan pour la Méditerranée ? Le désastre humain en cours que nous vivons, l’impuissance de l’Europe qui se referme sur elle-même, la xénophobie entretenue sans jamais évoquer nos responsabilités évidentes quant à ces décolonisations ratées, etc. Avec Daesh au Moyen-Orient (Syrie et Irak), nous assistons à une recrudescence d’une nouvelle guerre de religions entre les sunnites et les chiites, la Libye proche du chaos, aux conséquences dramatiques pour les populations. “Les évènements tragiques de Paris, de Nice, Bruxelles, de Berlin et leurs centaines de morts liés au terrorisme, démontrent bien l’exportation des dangers.

Ainsi Albert Jacquard nous proposait il y a bientôt 20 ans son projet de « Communauté culturelle méditerranéenne ». Il n’est pas trop tard pour agir, mais plus nous attendons, plus la note sera salée. Saurons-nous relever le défi par la mise en marche d’un mouvement transversal, des communautés, des cultures et des territoires (« des méditerranées ») ? Méditerranée, carrefour d’échanges et d’idées, toute une diversité et une richesse actuellement en jachère, il nous faut aujourd’hui ré-ensemencer les graines de la coopération … alors, nous faisons quoi ?

Nous proposons de réactualiser ce projet de CCM … une CIRCUM-MEDITERRANEA.

II. Le projet de « CIRCUM-MEDITERRANEA »

7 années de péripéties

Dans la mouvance du « Marathon pour l’emploi solidaire », la CIRCUM-MEDITERRANEA est une idée originale de l’association Marathon JOB–EUROPA, née en 2001 du terreau des victimes de la mondialisation. Elle s’inspire du projet de « Communauté culturelle méditerranéenne » proposée par Albert Jacquard et l’université d’Aubagne. Ce « projethon » allie des courses de fond et des relais, des manifestations en faveur de l’emploi et une dynamique de « collecte de dons » pour financer des porteurs de projets.

Elle a pour démarche, dans un climat économique et social dangereusement tendu, rendu difficile par les différentes crises, les révoltes et les guerres :

  • d’unir les peuples en captant et en mobilisant les indignations et les exaspérations qui s’expriment partout, pour les transformer en énergie positive,
  • de communiquer et de faire mieux connaître l’économie sociale et solidaire, en créant et en renforçant les réseaux existants qui œuvrent dans ce secteur,
  • de contribuer directement à créer des emplois durables et du lien social,
  • de réconcilier « l’environnement, la santé et l’économie » … les disciplines professionnelles entre elles et la société avec elle-même,
  • d’affronter « les fractures sociales et territoriales » par la transversalité : en incitant toutes les mairies et les territoires à s’associer , quelques soient leurs sensibilités politiques … en sollicitant les élus, les institutionnels et les administrations à collaborer avec les citoyens … en encourageant la coopération des centres villes, des banlieues, du périurbain et de la ruralité
  • plus généralement, de « lutter contre la pauvreté et l’exclusion » à travers les expertises, les ingénieries, les pratiques, les coopérations et les mutualisations concernant l’ESS, déjà acquises ou à initier.

Le projet se décline en trois principaux volets (pour chaque édition, pour des territoires et des itinéraires bien identifiés) :

  • Une cellule de démarrage (12 à 18 mois),
  • Un événementiel :
    • a) des courses de fond en relais qui permettent d’informer, de mobiliser et/ou de sensibiliser de nombreuses personnes à la question de l’économie sociale et solidaire,
    • b) des marches, pouvant être déclenchées, à chaque prise de relais devant les mairies, suivant les villes, avec des animations spécifiques et ponctuelles pour l’emploi,
    • c) des Villages de la CIRCUM-MEDITERRANEA à chaque étape ou à certains relais,
    • d) et des forums pour l’emploi, en liaison avec diverses associations et d’autres structures locales en adéquation, pour identifier des porteurs de projets, de compétences et d’épargne de proximité. L’association distribuera et éditera des documents ou renverra du trafic internet vers les principaux sites du secteur.
  • Un outil de mise en réseau pour créer et soutenir des structures et des acteurs œuvrant pour l’emploi et l’aide aux porteurs de projets, notamment à travers l’essaimage de « Pôles Territoriaux de Coopération Économique » (PTCE), de « Pôles d’économie solidaire », de « Cagnottes solidarité emploi » ou de tous autres outils financiers solidaires et structures associées

Avec quels soutiens ?

L’ONU, l’Europe, l’État français et les États concernés (Espagne, Maroc, Algérie et Tunisie, d’une part, Italie, Albanie, Grèce, d’autre part), les consulats, les Institutions, les Collectivités territoriales, les entreprises, les associations, les fondations (dont celle d’Anna Lindh pour l’Euro-méditerranée, avec les 4000 associations et organisations qui s’y réfèrent), et tous les citoyens actifs.

Quel impact sur l’emploi ?

 Le projet est laboureur de territoires, semeur de graines de projets et, à terme, créateur d’activité et d’emplois.

Quels territoires concernés ?

 Principalement les pays entourant la Méditerranée.

Quand ?

… Si possible :

  • pour l’une, en 2021 (voire en 2022, mais le temps nous presse), au départ de Marseille vers Montpellier, l’Espagne, Gibraltar, le Maroc, l’Algérie et la Tunisie, pour construire d’autres ponts et tisser d’autres liens vers le Maghreb … itinéraire de 3000 km environ, en 20 étapes de 150 km, soit une durée de 3 semaines.

Pour des raisons évidentes de sécurité, pour l’instant, nous nous interdisons d’aller en Libye. Nous souderons cette boucle quand la Paix sera revenue.

NB1. Soit par exemple : Marseille, Nîmes, Montpellier, Perpignan, Barcelona, Valencia, Alicante, Murcia, Granada, Malaga, Gibraltar, Tanger, Larache, Kenitra, Rabat, Meknes, Fes, Oujda, Tlemcen, Sidi-Bel-Abbès, Oran, Mostaganem, Chief, Blida, Alger, Tizi-Ouzou, Setif, Constantine, Annaba, Bizerte, Tunis – Carthage.

  • pour l’autre, pour la rentrée sociale et après le premier effet médiatique, en 2021 (voire en 2022, mais le temps nous broie), au départ de Marseille, vers Nice, l’Italie, l’Albanie et la Grèce … itinéraire de 3000 km environ en 20 étapes de 150 km, soit une durée de 3 semaines.

Pareillement, pour des raisons évidentes de sécurité, nous nous interdisons de dépasser le Bosphore. Il restera en suspens de recoudre plus tard les plaies de ces territoires dévastés par les guerres, les haines, les flots de misère sociale et de drames qu’elles ont engendrés.

NB2. Un autre itinéraire est envisagé, au plus proche de la méditerranée : Marseille, Toulon, Nice, Genova, La Spezia, Pisa, Livorno, Grosseto, Civitavecchia, Roma, Latina, Napoli, Salerno, Potenza, Bari (bac), Dures, Tiranë, Ohrid, Bitola, Thessaloniki, Larissa, Lamia, Athina – Parthenon.

NB3. Cette action sera possible en 2021, si nous obtenons un « consensus » associatif porteurs avec des partenariats d’États, de l’Europe de l’Euro-méditerranée et de l’Union pour la Méditerranée.

NB4. Nous demandons aux autorités concernées de bien vouloir exceptionnellement ouvrir la frontière actuellement fermée, entre le Maroc et l’Algérie, comme d’assurer notre protection avec leur armée.

Opportunité ?

Chaque pays aura la faculté d’organiser des « courses en ligne » par duplication … chaque métropole, celle de mettre en œuvre des « Rondes pour l’emploi solidaire » ou d’autres « courses en ligne » en étoiles pour relier les villes entre elles.

Coût ?

 Inversement proportionnel au coefficient de coopération locale, régionale, nationale et européenne.

Intérêt et impact territorial ?

  • Coopération des différents acteurs : citoyens, société civile, entreprises, collectivités territoriales, pays, Europe.
  • L’économie solidaire, mutualisée à l’échelle méditerranéenne: ça marche !

Perspectives ?

 Créer un effet multiplicateur pour essaimer

  • Le chantier de travail

    9 à 10 heures d'une course en relais effectuée par de très bons coureurs licenciés et « salariés », qui réalisent 140 à 160 km/jour à 16 ou 18 km/heure, à travers un parcours validé par les autorités : de villes en villes et de métropoles en capitales soit 9 à 10 heures de communication à travers les territoires avec l'exploitation des retombées pour promouvoir l'économie sociale et solidaire.

  • La course de relais

    Course solidaire ininterrompue et réglementée comme un « événement sportif sur route », avec une mobilisation accompagnatrice suscitant un engouement participatif tout le long du parcours. Comme ces courses durent plusieurs semaines, une caravane accompagne les coureurs avec l'intendance et « les suiveurs » chargés de la gérer, de communiquer et d'en faire la promotion (compris celle de l'ESS et des fédérations d'athlétisme régionales). Cette course sera animée par 14 coureurs de grand fond, salariés, sélectionnés sur leurs performances individuelles (7 hommes et 7 femmes, si possible de nationalités différentes). Ils courent tous les jours ces 140 à 160 km en 9 à 10 heures, par relais de six (3 hommes et 3 femmes), suivant le plan de course déterminé avec l'équipe technique. Ils seront accompagnés par des coureurs régionaux de leur niveau (préalablement enregistrés). Deux athlètes prendront un jour de repos complet, à tour de rôle, tous les 7 jours (d'où les 14 « marathoniens »).

  • L'organisation

    Un PC mobile en lien avec le PC de pilotage central, composé d'une équipe pour autonomiser cette course : coordinateur, commissaire de course et coach, éclaireurs - suiveurs et accompagnateurs, sécurité, médecin, cinéastes et techniciens studio pour les transmissions aux médias, coursiers de liaisons et chauffeurs-mécaniciens pour les véhicules, etc ... des matériels roulants aménagés et des installations démontables : pour les coureurs, pour l'équipe accompagnante, pour l'intendance, la maintenance, etc.

À notre modeste niveau nous ne pouvons ni ne savons intervenir sur la tragédie méditerranéenne en cours, mais nous avons compris qu’il était indispensable d’aller rapidement à la rencontre de nos concitoyens des 2 rives, qui s’angoissent et qui souffrent, en « attente d’autrement », pour inventer et mutualiser des solutions.

Nous ne pouvons plus indéfiniment faire l’impasse sur ces « vagues de meurtres et de suicides économiques » qui offensent nos consciences et notre humanité. Elles interpellent également nos responsabilités individuelles, collectives et « politiques ». Il convient de donner des raisons de vivre à nos concitoyens, pas de mourir.

C’est la raison pour laquelle, avec toute la réflexion politiquement et humainement requise sur le pourquoi, le comment et les bénéfices à en retirer, nous vous demandons d’approprier ce projet de CIRCUM-MEDITERRANEA.

NB5. S’agissant de « l’utopie », Théodore Monod disait « qu’elle n’est pas l’irréalisable, mais l’irréalisé ». Ne gâchons plus l’héritage que tous ces humanistes nous ont légué.

Marathon Job-Europa

Nous sommes une association de sport‑emploi. Notre communauté inclus à la fois des professionnels de l’entreprise, des acteurs du développement et des particuliers. Nous militons pour le droit à l’emploi et nous proposons de vraies solutions pour gérer la problématique migratoire méditerranéenne de manière durable et dans l’intérêt de toutes et de tous.

Découvrez le projet en vidéo

  • Vidéo 1
  • Vidéo 2
  • Vidéo 3

1. Une action pour ne plus supporter l'insupportable en Méditerranée :

3. Avec le "pouvoir d'agir citoyen" et l'économie solidaire :

Suivez-nous

Articles récents

La fabrique du consensus

La première réunion de la Fabrique du consensus et de collaboration partenaire pluri-disciplinaire se tiendra le vendredi 27 septembre 2019,

Lire la suite

Vous voulez être acteur de la méditerranée ?

Association Marathon Job-Europa
Gabriel Delicourt
06 42 82 27 10
gabriel.delicourt@circum-mediterranea.org
Jean-Michel Segard
06 21 65 72 27
jm.segard@circum-mediterranea.org

Adresse
8 rue de l’hôtel de ville
17400 St-Jean d’Angély

EnvoyeZ NOUS un message

Circum Mediterranea

Un multi marathon de 6000 km, de ville en ville, en 6 semaines, à travers 9 pays, à la rencontre de plus de 250 millions d’habitants, pour la paix, le codéveloppement et l’autosuffisance alimentaire.

Gabriel Delicourt

Président

+33 (0)6 42 82 27 10

Jean-Michel Segard

Correspondant

+33 (0)6 21 65 72 27

Vous avez une question ? Envoyez-nous un message.